Monteverde

AMÉRIQUE CENTRALE, COSTA RICA

SONY DSC

Après le volcan Arenal nous sommes allés un peu plus au sud, un peu plus dans la jungle profonde! Sitôt arrivés nous sommes allés voir les grenouilles multicolores symboles du Costa Rica. En fait, ces grenouilles sont vraiment minuscules et heureusement que le guide était là pour les repérer. Elles n’étaient pas en liberté, celles-ci vivent dans des vivariums et sortent rarement de jour, c’est pour ça qu’elles étaient bien cachées et qu’il a été difficile de les prendre en photo. Cependant nous avons appris pas mal de choses notamment qu’il en existait des toxiques mais qu’on ne risquait pas notre vie en les touchant (enfin, une infection tout de même), c’est seulement lorsqu’on les mange. Mais bon, il faut être vraiment français pour avoir l’idée d’en manger une. Après cette petite visite nous nous sommes dirigés vers L’autre visite que je redoutais depuis le début : la balade de nuit dans la forêt… Ceux qui me connaissent rien qu’un tout petit peu savent que j’ai en horreur les araignées, j’en ai la phobie. C’est de famille, Lara et Lila, mes soeurs, sont comme moi (d’ailleurs ne vous inquiétez pas, je n’ai pas mis de photos). Alors quand j’ai appris qu’on allait marcher dans le noir dans la jungle humide, j’étais pas très ravie. La tension est montée d’un cran lorsque le guide nous a avoué qu’il n’y avait pas 100% chance de voir des paresseux, des oiseaux ou d’autres bébêtes cool mais que par contre des mygales oui certainement! J’ai même fait ma petite crise, respiration coupée et larmes au rendez vous, mais ça on l’oubliera. Au moins les garçons, qui voulaient me faire peur, ont compris que je rigolais pas. Finalement nous avons pu voir quelques animaux comme un opossum, une autre bestiole dans le genre qui était en voie d’extinction… Pas de rencontre fortuite avec des araignées. Seulement une qui était cachée sous un arbre dont il fallait faire le détour pour aller la voir. Lorsque je me suis décidée à aller voir à quoi elle ressemblait elle s’était déjà cachée mais rien que les deux pattes poilues de la taille d’un doigt que j’ai pu apercevoir m’ont donné des frissons (la photo de mathilde ici). Cette dure étape terminée je me suis endormie le soir sans faire de cauchemar.

Le lendemain, grosse journée sensations et émotions. Ceux qui me connaissent bien aussi savent que ma 2ème phobie c’est le vide. En réalité c’était le voyage « affronte ta peur ». Mais finalement la peur de l’araignée a fait passer ma peur du vide pour de la gnognote et je n’ai presque pas eu le vertige. Le matin nous avons fait le « canopy » un parcours de tyrolienne au dessus de la canopée (pour ceux qui ont séché les cours de paysagisme et ceux qui savent pas tout simplement, c’est la partie supérieure  des arbres, là où il y a les branches et le feuillage). Deux heures à se sentir comme un oiseaux avec des paysages magnifiques. Pour se mettre en jambe et « quitter la peur », nous avons commencé avec le Tarzan Swing. Nous devions monter sur une sorte d’échafaudage en bois d’une hauteur de 5 mètres qui bougeaient autant que nous nous tremblions. De là nous étions accrochés à une corde et nous devions tout simplement sauter dans le vide, facile… ahem…  Ensuite nous avons pu commecer le parcours : une petite vingtaine de tyroliennes à plus de 30 mètres au dessus du sol pour les zones de départ et d’arrivée et bien au delà pour les zones de survol. Nous avons fini en beauté avec des tyroliennes de 500m et 800m de long, de quoi apprécier le paysage.

L’après midi, en restant dans le même genre, nous avons fait les fameux ponts suspendus très connus au Costa Rica. Nous avons fait une balade dans la jungle en traversant cinq ponts avec seulement deux emprises au sol : au début et à la fin. Je vous laisse deviner la stabilité de la chose. De plus, nous marchions sur des grilles en plastique et donc nous pouvions réellement voir tout ce qu’il y avait sous nos pied, notamment la hauteur. Le dernier pont à traverser faisait 300 mètres de long pour 46 mètres de haut. Puis bon, comme je n’avais pas suffisamment le vertige, phobie vide a convoqué phobie araignées pour me bousculer un peu. Alors que nous étions tranquillement en train de nous remettre de nos émotions du premier ou deuxième pont, le guide reçoit un appel sur le talkie-walkie « ramène tes touristes, y a une tarentule plus haut » (en gros, c’était de l’espagnol…). Génial, j’ai sauté de joie. En fait ça allait, en montant un peu je l’ai vu à 10 mètres de moi au milieu du chemin, sans bouger. Pas peu fière j’allais la prendre en photo quand j’ai compris que j’allais devoir passer à côté pour continuer la balade. Là, c’est reparti pour les larmes et le stress puissance 10, j’ai attrapé la main de guide et je suis passée à côté en fermant les yeux (vous avez dit courageuse?). Pendant ce temps Mathilde prenait des photos avec son visage à 20 centimètres de la bestiole (ici et ). Bref, belle journée pleine d’émotions!

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

désolée pour les gros mots dans la dernière vidéo mais bon l’émotion quoi…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s