O gigante acordou

BRÉSIL, ERASMUS 2012/2013, RIO DE JANEIRO
1003852_10151525585674506_2050471914_n

100 000 manifestants sur l’avenida Rio Branco à Rio de Janeiro

Que se passe t-il en ce moment au Brésil?

Alors que la France est en train de se réveiller paisiblement en ce moment, une journée historique vient de se terminer au Brésil. Je pense que les informations vont arriver doucement là-bas vers le milieu de la journée mais, ici au Brésil, les journaux et les réseaux sociaux sont branchés depuis plusieurs jours sur les manifestations qui se déroulent dans tout le pays. Le géant se réveille.

Pourquoi?

Le 1er juin dernier les billets de bus sont passés de R$2,75 à R$2,95. 20 centimes d’augmentation à l’origine de toute cette révolte? Les médias ont d’abord fait passer cette idée là. Certes, ceci fut l’élément déclencheur mais l’eau bouillait déjà depuis longtemps avant de déborder. Comme tout le monde le sait le Brésil va accueillir en 2014 la Coupe du Monde de football puis en 2016 les Jeux Olympiques. Actuellement déjà, la Coupe des Confédérations est en train d’être jouée. Mais est-ce le peuple qui a pris cette décision? Clairement non, et au contraire, ces évènements ne sont vraiment pas les bienvenus. L’État va dépenser 30 milliards de dollars pour la coupe du monde (d’après la vidéo ci-dessous c’est plus cher que les trois dernières coupes du monde réunies) en construction de stade, en rénovations et transformations de certains quartiers. Pour cela, des familles vont être expulsées et leurs maisons vont être détruites (les habitants des fameuses favelas n’ont pas de titre de propriété). Certes cet argent va servir à « pacifier » certaines favelas, mais où vont les narcotrafiquants? pour combien de temps? Je vous avais d’ailleurs déjà dit que seules les favelas de la zone sud et du Maracana avaient été pacifiées, c’est à dire des quartiers où se trouvent tous les touristes. Alors le Brésil, un pays offrant plus à ses touristes qu’à ses citoyens? Car oui, Dilma l’a dit, ces évènements sont une grande publicité pour le Brésil et vont rapporter de l’argent. Mais où va cet argent? Et de la pub pour quoi faire sachant que les brésiliens ne sont pas fiers de leur pays tel qu’il est aujourd’hui? Le peuple brésilien aspire à un pays donnant accès à une éducation décente (rappelez-vous déjà lorsque je suis arrivée, mon université avait été en grève durant 5 mois), à un service de santé publique pour tous et surtout à une considération de ses habitants en tant que citoyens. Alors non ce n’est pas seulement pour 20 centimes que les brésiliens sont dans la rue aujourd’hui!

945120_10200745344170525_737048720_n

Coupe du monde : 33 milliards de dollars
JO : 26 milliards de dollars
Corruption : 50 millirad de dollars
Salaire minimum : 678 réais brésilien ( = 235€)
ET TU CROIS ENCORE QUE C’EST SEULEMENT POUR 20 CENTIMES?

Comment ça se passe une manifestation au Brésil?

La France est bien connue pour être un pays de grèves et de manifestations multiples, pour tout et n’importe quoi (d’ailleurs en ce moment, souvent pour n’importe quoi…) Mais imaginez un pays grand comme le Brésil  où un seul état fait la taille de la France, un pays qui compte trois fois plus d’habitants. Aujourd’hui, lundi 17 juin 2013, à Rio de Janeiro, plus de 100 000 personnes se sont réunies afin de manifester leur ras le bol. Après plusieurs appel à la manifestation via les réseaux sociaux, les cariocas se sont tous réunis dans le centre de Rio. Personnellement je n’y suis pas allée, j’aurais aimé mais j’ai eu peur… Car oui, si en France les fins de manifestations sont toujours un peu houleuses, imaginez au Brésil… Je ne veux pas que les lecteurs de ce message retiennent la violence que je vais évoquer mais il faut bien en parler. De ce que j’ai pu lire, les policiers ici font bien plus de ZÈLE qu’en France. Ils n’hésitent pas à user et abuser de gaz lacrymogène, à charger les manifestants voire les passer à tabac. À tel point que des consignes de sécurité circulent sur facebook pour être préparé à cette éventualité. Les conseils proposés sont, entre autre, de ne pas s’agiter car le gaz s’inhale plus vite en cas d’effort ; acheter au préalable des masques pour la bouche et le nez et des lunettes de plongée pour les yeux ; prendre une douche avant car la peau grasse capte plus vite les gaz… Un message d’avertissement a aussi circulé comme quoi la police essaieraient de mener les manifestants vers l’Aterro de Flamengo car à cet endroits, ils pouvaient balancer des gaz lacrymogènes sans aucune restriction. Je viens aussi de lire que la police avait utilisé de vraies balles et avait tiré, en l’air certes, mais tout de même! Sans parler bien sûr des flashball. De leur côté certains manifestants ne se privent pas non plus et bien sûr les casseurs et bagarreurs sont de la partie. Alors qui des deux « chauffe » l’autre, on ne saura jamais, mais avec des proportions pareilles j’ai préféré éviter de prendre le risque de me trouver au mauvais endroit au mauvais moment, d’autant plus qu’en tant qu’étrangère, je peux me faire expulser à tout moment, même sur un malentendu.

FILME 2,95 RJ from TRÊS FILMES on Vimeo.

Et les médias et les réseaux sociaux dans tout ça?

J’enchaîne directement avec la question des médias pour pouvoir revenir aussitôt sur ce que je viens de dire. Car oui, la violence est bien sûr présente dans ce genre de situation mais je ne veux pas faire comme les journaux télévisés ici, qui ne parlent que de ça. Vous vous doutez bien que sur 100 000 manifestants à Rio, les casseurs et les troubleurs de fête ne sont qu’une infime minorité. Car oui, la grande majorité s’est réunie pacifiquement. Et pour cela, les réseaux sociaux, notamment facebook y sont pour beaucoup. Bien que je n’y sois pas allée, j’ai reçu beaucoup « d’invitations » et toutes, sans exception, appelaient à manifester dans le calme, certaines même dans le silence ou encore vêtu de blanc. Bien que parfois connu pour son insécurité, le Brésil est surtout connu (et maintenant que j’y suis depuis presque un an, je peux confirmer cette réputation) pour son allégresse, sa joie de vivre et le respect pour autrui. Et c’est ainsi que les manifestations se sont déroulées. Beaucoup de mes connaissances sont fières de participer à ce grand moment du Brésil et sont fières que tous s’unissent pour un même combat. Et, pour aller plus loin dans ce processus de pacification, il y a mêmes des gens qui sont en train de se réunir pour, afin de donner l’exemple, aller nettoyer les rues demain matin et réparer les dégâts causés par les casseurs. Les brésiliens veulent montrer que c’est par amour pour leur pays qu’ils se battent et non pas par haine.

998668_475231989219496_1014222317_n

Pour en revenir aux réseaux sociaux, je trouve hallucinant la façon dont la population a réussi à s’emparer de ces moyens de communication afin de renverser l’information erronée donnée par les médias classiques. Grâce au partage de vidéos, images, textes, le peuple a réussi à montrer quelles étaient leurs véritables raisons et motivations. D’ailleurs, je ne vise pas si haut, mais si certains journalistes me lisent, s’il vous plaît, ne tombez pas dans la facilité du reportage cliché de la manifestation pour 20 centimes qui tourne au vinaigre. C’est bien plus que cela, renseignez vous!

En gros et pour finir, je trouve que ces manifestations sont un véritable exemple d’union d’un pays, de solidarité entre citoyens contre une situation qu’ils n’ont pas choisi, contre une injustice et pour un avenir meilleur. Même si je ne suis pas dans la rue avec eux, je les soutiens et j’espère que ce texte en est un bon témoignage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s